Les armes spirituelles : les chaussures du zèle – Partie 3

janvier 7, 2019

Les armes spirituelles : les chaussures du zèle – Partie 3

Je suis dans la joie de poursuivre cette série d’enseignement ayant pour thème les armes spirituelles! Ce sujet est majeur pour la vie des chrétiens, car s’outiller  spirituellement est nécessaire pour savoir prier adéquatement. La connaissance des armes spirituelles est une puissance qui libère et accorde la force dans la marche chrétienne!

Dernièrement, j’ai parlé de la ceinture de vérité. Toute vie doit être basée sur  la vérité. J’ai précisé que la ceinture se portait sur les reins, donc non loin des parties intimes que tout le monde cache. Dieu veut que sa vérité réside au tréfonds de notre âme. Aussi, j’ai dit que les reins représentaient les organes reproducteurs et détenaient la capacité de reproduction. Dieu veut pénétrer notre intimité. Servir avec vérité permettra de reproduire la vérité.

Nous avons vu aussi que la cuirasse de la justice représentait les oeuvres de la  justice de Dieu. Il est impossible à Satan de résister au chrétien qui incarne la justice puisqu’il devient alors à l’image du Fils de Dieu. Dans cette perspective,ne laissez jamais l’ennemi vous accuser et vous rendre coupables puisque vous
avez été justifiés!

Si vous vous reportez aux versets 15 à 17 du chapitre 6 de l’épître aux Éphésiens, les six armes du chrétien y sont décrites : la vérité pour ceinture, la cuirasse de la justice, les chaussures du zèle, le bouclier de la foi, le casque du
salut et l’épée de l’Esprit. Dès maintenant, voyons un troisième élément de l’armure du chrétien : les chaussures du zèle.

Les pieds 

L’Apôtre Paul nous exhorte comme suit :

…mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l’Évangile de paix; Éphésiens 6:15

Il va jusqu’à établir le parallèle entre l’armure du chrétien et celui du soldat romain : sans chaussure, l’échec est assuré puisqu’il est hasardeux de s’aventurer pieds nus sur un sol rocailleux ou rempli d’épines! Dans toute armée,  un bon soldat tient compte de ses chaussures. Pareillement, pour mener le bon combat de la foi, il faut porter de bonnes chaussures!

Comment pourrions-nous tenir fermes avec des pieds infirmes ou blessés? On n’a  qu’à penser au fils de Jonathan, petit-fils du roi Saül, Mephiboscheth, qu’il fallait  porter pour l’amener quelque part étant estropié des deux jambes. Aurait-il été envisageable qu’il aille à la guerre? Bien sûr que non! On ne peut soulever ce que Dieu ne peut soulever lui-même… En d’autres termes, on ne peut aider tout le monde. Mephiboscheth sur un champ de bataille aurait représenté un boulet qui aurait ralenti la marche de tout soldat le transportant et se serait retrouvé
dangereusement à découvert.

Dans cette foulée, un bon soldat doit savoir soigner ses pieds puisqu’ils donnent  l’équilibre à tout son corps. À quoi serviraient la cuirasse et l’épée sans un appui  solide? Il faut savoir tenir ferme, solidement debout, bien en appui sur ses pieds. Il faut se rendre à l’évidence : le combat spirituel ne se mène pas en position
assise!

Dans le verset précité, il faut y comprendre deux éléments : on ne combat pas pieds nus ni avec n’importe quelle chaussure.

La bonne chaussure 

En portant les chaussures adéquates, vous porterez par le fait même la marque du ciel! Paul exhorte les chrétiens à porter les chaussures que donne l’Évangile de paix. Tous nous sommes chaussés spirituellement au même endroit. Notre source est la même! Comme les pieds jouent le rôle de l’équilibre et sont impératifs pour se déplacer, il importe grandement de les couvrir…

Le verset Éphésiens 6:15 mentionne très bien qu’il faut des chaussures à nos pieds. Il spécifie aussi le type de chaussures que nous portons, soit celles de l’Évangile de paix. L’Apôtre Paul distingue volontairement l’Évangile de l’Évangile de paix, car il insiste ici sur la paix de Dieu qui est la boussole de notre vie.

L’Évangile de paix 

C’est sans contredit la paix de Dieu qui nous garde dans l’équilibre et ce, à tous points de vue. L’Évangile de paix fortifie et stabilise : on se fortifie dans la paix, on se stabilise dans la paix. Plus encore, Jésus nous a laissé sa paix avant de rejoindre son Père céleste…

Je vous laisse ma paix, je vous donne ma paix. Moi, je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre coeur ne se trouve pas et ne s’alarme pas. Jean 14:27

La paix de Dieu est unique et diamétralement opposée à celle du monde qui l’associe davantage à l’acquisition de biens matériels.

Je disais précédemment que la paix de Dieu est notre boussole. Dès que l’on s’écarte de sa voie, elle nous guide pour y revenir, là même où le Seigneur a prévu que l’on chemine. C’est à cette condition que le chrétien éprouve une paix profonde en débit de toutes les circonstances. Nul ne peut se stabiliser sans la paix.

L’Évangile de paix couvre nos pieds tout en offrant force et stabilité! Être habité  par la paix de Dieu signifie aussi vivre un calme profond en tout temps.

Spécifions que les pieds sont aussi associés à la volonté : ce que je veux faire, ce  que je veux être; nos pieds accomplissent notre volonté. Le chrétien a tout à gagner d’arrimer sa volonté à celle de Dieu pour marcher dans la paix. Il faut en  conséquence s’attendre à ce que l’ennemi veuille nous éloigner du chemin de Dieu. Tant que vous poserez vos pieds sur le chemin de Dieu, vous serez  en paix.

La paix de Dieu est la boussole de notre vie 

Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos coeurs et vos pensées en Jésus-Christ. Philippiens 4:7

Oui, la paix de Dieu surpasse toute intelligence et vous éloignera de la dépression, des angoisses et de l’anxiété. Soumettez toujours votre volonté à celle de Dieu. Lorsque vous vivrez une situation humainement éprouvante, c’est  à ce moment que vous saurez si vous êtes bel et bien habités par la paix de Dieu. En demeurant debout dans la paix, malgré les embûches, Dieu ne vous abandonnera jamais. Je le répète : la paix est la boussole de votre vie. Si elle vous échappe, c’est que vos pieds s’écartent du chemin de Dieu.

Que vos pieds suivent des pistes droites, afin que ce qui est boiteux ne dévie pas, mais plutôt soit guéri. Recherchez la paix avec tous, et la sanctification sans laquelle personne ne verra le Seigneur.  Hébreux 12:13-14

Retenez toujours que la paix de Dieu apporte l’équilibre. Détruire la paix rime avec détruire l’équilibre. Le boiteux évoque celui qui n’est pas dans la paix, un touche-à-tout qui n’incarne pas la stabilité.

Conclusion 

En terminant, je vous recommande de lire et méditer ces versets :

  • Éphésiens 4:3 : vous efforçant de conserver l’unité de l’esprit par le lien de la paix.
  • Romains 15:3 : Car Christ ne s’est point complu en lui-même, mais, selon qu’il est écrit : Les outrages de ceux qui t’insultent sont tombés sur moi.
  • Romains 5:1 : Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ,
  • Colossiens 3:15 : Et que la paix de Christ, à laquelle vous avez été appelés pour former un seul corps, règne dans vos coeurs. Et soyez reconnaissants.

Rappelez-vous toujours que le pont entre Dieu et son peuple, c’est la paix. Détruire la paix, c’est se détruire soi-même. Sans la paix, l’homme est telle une bouteille jetée à la mer qui vogue au gré des flots…

Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés Fils de Dieu. Matthieu 5:9

Révérend Paul Mukendi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *