Les eaux de Mara

les-eaux

Bien-aimé dans le Seigneur,

Aujourd’hui, je vais vous entretenir sur un sujet particulier «Les eaux de Mara». Très souvent, lorsque nous sommes dans la présence de Dieu, lorsque nous venons de vivre un grand miracle, lorsque des paroles de bénédictions sont relâchées sur notre vie, nous sommes dans la joie, pleins d’enthousiasme et ayant hâte de vivre les merveilles de Dieu. Nous pensons que vu que Dieu a parlé, a exaucé notre prière, vu que nous avons eu une percée divine, tout va commencer à rouler comme sur des roulettes et c’est à ce moment que plusieurs déchantent. Il arrive des fois qu’après avoir reçu ce pour quoi on a tant prié, des difficultés commencent, l’amertume s’installe et l’espérance de beaucoup disparaît au fur et à mesure que les complications s’accentuent. Le but de mon enseignement est de vous faire voir que cette situation n’a rien d’inhabituel, d’inchangeable et n’amoindrit en rien les promesses de Dieu. Une telle situation n’indique pas que vous n’êtes pas sur la bonne voie ou que Dieu s’est repenti de ses promesses! Il s’agit d’une situation passagère et transformable.

Pour illustrer mon propos, prenons exemple sur ce qui arriva à Israël à sa sortie d’Égypte. La Bible nous dit que quand Israël partait, il allait dans un pays où coulent le lait et le miel. Il se disait sûrement qu’après la mer Rouge, il allait voir le pays de la promesse. Israël était dans la joie. Il l’était d’autant plus qu’il venait de vivre un grand miracle où les eaux de la mer Rouge s’étaient fendues en deux pour le laisser traverser. Israël avait vu le secours de Dieu quand Pharaon était sur le point de l’anéantir. Grâce à la main de Dieu, Israël a traversé la mer Rouge à sec. Quel miracle, quel prodige! Israël était dans une telle allégresse que, pour la première fois, il chanta en l’honneur de l’Éternel un chant spontané, sans répétition. Mais, après ces moments, voici ce qui lui arriva :

Moïse fit partir Israël de la mer Rouge. Ils prirent la direction du désert de Schur; et, après trois journées de marche dans le désert, ils ne trouvèrent point d’eau. Ils arrivèrent à Mara; mais ils ne purent pas boire l’eau de Mara parce qu’elle était amère. C’est pourquoi ce lieu fut appelé Mara. Le peuple murmura contre Moïse, en disant : que boirons-nous? Moïse cria à l’Éternel; et l’Éternel lui indiqua un bois, qu’il jeta dans l’eau. Et l’eau devint douce. Ce fut là que l’Éternel donna au peuple des lois et des ordonnances, et ce fut là qu’il le mit à l’épreuve. (Exode 15: 22-25)

La plupart des gens se sentent désarmés quand ils rencontrent les obstacles sur le lieu de leur destinée. Par exemple, une parole prophétique vient d’être relâchée, Dieu vient de bénir votre vie, vous vous dites wow ça sera magnifique! Mais, tout de suite après, les combats se lèvent, tout vous résiste! C’est ce qui arriva à Israël qui était dans la joie devant ce qui venait de se passer, mais que le soleil commençait à brûler et la soif à frapper. Où est le lait, où est le miel que Dieu avait promis? Il n’y avait que le désert à l’horizon. La Bible nous dit que ce n’est qu’au bout de trois jours de marche qu’Israël a pu trouver de l’eau. C’est Dieu qui les avait conduits à Mara, mais la Bible nous dit aussi que quand ils ont bu l’eau, ils la trouvèrent amère. Comme Israël, après avoir jeûné, après avoir prié, vous avez été exaucé, mais ce que vous avez obtenu devient amer! Que cela ne vous trouble pas. Sachez que si c’est Dieu qui vous l’a donné, ce qui est amer peut être transformé.

Une chose à retenir : ce n’est pas par sa propre volonté qu’Israël était arrivé à Mara. C’est Dieu qui ordonnait ses pas par le biais de la colonne de nuée. Les eaux de Mara représentent ce qui est contraire aux promesses de notre vie. J’ai une promesse, mais ce que je vis est contraire à ce qui m’a été promis. Que dois-je faire? Même si c’est amer, n’abandonnez pas ce que le ciel vous a donné, car il y a quelque chose de bon là-dedans. C’est Dieu qui a guidé vos pas jusque-là où vous êtes. Alors, tant que la colonne de nuée ne s’est pas encore arrêtée, continuez à marcher et à faire ce que vous faisiez. Mara ne signifie pas que vous resterez comme ça! Là où vous êtes n’est pas le terminus de votre vie.

Parfois, ce que vous vivez devient tellement amer que votre cœur est rempli de regrets. Vous commencez à murmurer en disant : et pourtant Dieu m’avait dit, on m’avait prophétisé, je ne comprends pas, est-ce réellement Dieu qui avait parlé? Dois-je retourner consulter Dieu, etc.? Vous êtes tellement désemparé que vous voulez vous en sortir par vos propres moyens. Et pourtant là n’est pas la solution! Sachez que ce que Dieu donne peut rencontrer un moment ou l’autre l’amertume. Au lieu d’abandonner ou de chercher des substituts, il faut résister et continuer à marcher. Il faut confesser la victoire et s’accrocher à ce qu’a dit le Dieu qui ne ment point! Ne murmurez pas comme les enfants d’Israël, mais criez à Dieu comme le fit Moïse.

Ce qui est puissant dans ce verset est que Dieu n’a pas donné une autre source d’eau, mais ce sont seulement ces eaux amères que Dieu a transformées. Moïse a crié à Dieu et Dieu a assaini l’eau. Dieu a la capacité de tout transformer. Ce que les hommes ne peuvent pas changer, Dieu peut le changer, peu importe la source du problème. C’est Dieu qui avait dirigé Israël et quand l’eau est devenue amère, Dieu avait déjà la solution. C’est Dieu qui a donné la solution à Moïse. Il y avait beaucoup de bois à l’endroit où était Israël, mais Dieu montra exactement à Moïse le bois qu’il fallait.

Le bois représente trois choses : le père spirituel, la croix et le Christ. Dieu a juste une solution: le bois. Depuis Genèse jusqu’à l’Apocalypse, Dieu n’utilise que le bois pour tous les problèmes que nous avons. En observant  le cas d’Israël, celui qui a su trouver le bois est Moïse qui était le père spirituel d’Israël. Dans certains cas, quand tout devient amer et compliqué, vous devez avoir un père spirituel qui saura vous dire quelle sagesse appliquer pour trouver la solution.

Si nous jetons un regard vers le temps de Noé, Jésus-Christ est le bois de Gopher, bois qui brise la puissance du jugement. Le jugement du temps de Noé était la mort. Ces eaux étaient les eaux de la condamnation et l’arche de Noé était en bois de Gopher pour résister à ces eaux-là. Ainsi, quand on fait face à la mort, à la condamnation, lorsque l’on sent que la mort veut frapper ce que Dieu nous a donné, on applique le bois de Gopher qu’est Jésus-Christ! La Bible dit quil n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ.

Jésus-Christ est aussi le bois d’Acacias, un bois qui résiste à la chaleur du désert, un bois qui fleurit dans les lieux arides. Quand tout est compliqué dans votre vie et que vous ne savez plus comment vivre ni aller de l’avant, vous n’avez qu’à appliquer le bois d’Acacias. La force du bois d’Acacias est de tout accroître malgré les intempéries de la vie. Même lorsque tout se meurt autour de vous, Jésus-Christ fera en sorte que vous vous en sortirez.

Il est aussi le bâton de la résurrection ce qui fait que, même si tout est sec, vous pouvez encore refleurir et reprendre vie comme ce fut le cas du bâton d’Aaron (Nombres 17).

Également, Il est le bois qu’Élisée a utilisé pour retrouver la hache qui était perdue (2 Rois 6:1-7). Tout ce qui est perdu peut être retrouvé. La hache représente la puissance de la reproduction. C’est l’instrument qui leur permettait de se répandre. Il y a des moments où vous travaillez en vain, où votre énergie ne rapporte rien et là vous avez juste besoin d’invoquer Christ et vous retrouverez la puissance de la reproduction.

Il est aussi le bois de Jacob (Genèse 32:10), bois qui nous permet d’entrer dans notre héritage et d’être prospères malgré les circonstances défavorables. Grâce à Jésus, nous pouvons être pauvres et devenir riches demain comme Jacob.

Le bois représente aussi la croix. Quand on parle de la croix, nous voyons le sacrifice de Jésus et quand on parle du sacrifice nous voyons le sang. La Bible nous dit : vous l’avez vaincu à cause du sang de l’agneau (Apocalypse 12:11). Le sang ne peut être remplacé par autre chose. Jésus-Christ est l’Agneau de Dieu et nous savons que nous avons été rachetés par le sang et que nous avons la victoire à cause de l’œuvre de la croix. Ne négligez pas la puissance de la croix. Appliquez-la à tout ce qui vous oppresse.

Pour conclure, je vous exhorte à crier à Dieu dans toutes les circonstances. Peut-être que tout est amer dans votre vie? Peut-être  que vous vivez des situations difficiles dans ce que Dieu vous a donné?Inutile de vous lamenter, d’abandonner ou de chercher vos propres solutions. Appliquez juste Jésus-Christ à ces problèmes. Cherchez Dieu, invoquez-le, appliquez l’œuvre de la croix et vous verrez le Seigneur vous sortir de tous vos problèmes.

Révérend Paul Mukendi

 

2 thoughts on “Les eaux de Mara

  1. kouadio Moaye dit :

    J’ai tout simplement commence a aimer le desert

    1. kouadio Moaye dit :

      J’ai tout simplement commence a aimer le desert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *